L’Œil de Jupiter

Simon Venne, quarante-neuf ans, démissionne de son poste de professeur titulaire au cégep du Vieux-Montréal. Il ne donnera pas le cours « L’Occident en mutation » à la rentrée d’automne. Trop de douleurs, trop de remords. Il décide de mettre les voiles et de quitter Montréal. Ses pas le mènent à La Nouvelle-Orléans. Dans un bar du French Market, il fait la connaissance d’une femme qui, quand il s’adresse à elle en anglais, lui répond dans un français à l’accent indéfinissable. Elle s’appelle Ruth. Elle semble avoir ses habitudes dans ce bar.

Leurs rencontres au fil des jours, placées sous le signe de l’alcool et du désir, prennent des allures de chassés-croisés où chacun cherche à protéger ses secrets. Ils errent dans cette ville peuplée de fantômes. Ils évoquent les figures mythiques de la prêtresse vaudou Marie Laveau, de Benjamin Banneker, cet astronome amateur qui dès le début du XIXe siècle entretenait une passion pour Jupiter, monstrueuse planète gazeuse que de tout temps on a pu voir à l’œil nu. Ils parlent de l’ouragan Katrina, qui a semé la dévastation il y a quelques années, mais il y a pire, lui fait remarquer Ruth, comme cette tache sur Jupiter, justement, qui n’est en vérité qu’un immense cyclone. Comme quoi, en fait de tempête, il peut toujours y avoir pire.

Parallèlement à l’histoire de Simon et de Ruth, Tristan Malavoy nous raconte celle d’Anne, cette jeune femme rescapée d’un Saint-Domingue en proie à la révolution et qui a échoué en Louisiane à la fin du XVIIIe siècle. Cela donne l’occasion au romancier d’évoquer les sortilèges de cette ville unique qu’est La Nouvelle-Orléans, à la fois française et espagnole, noire et blanche, brutale et irréelle, au destin aussi insaisissable que le parcours du Mississippi.