Dans le bleu

J’entends des sons.
Un souffle ?
Je me penche sur bâbord
et une ombre lumineuse passe à toute vitesse.
Puis une autre, et encore une autre.
Les corps souples de cinq dauphins se dessinent,
nageant le long du bateau,
luisant dans l’eau phosphorescente.

Il est 0 h 55. Le lourd manteau de la nuit tombe sur le port. Une femme à la dérive embarque sur un voilier pour sa première traversée de l’Atlantique, aux côtés d’un capitaine tatillon, de sa jeune épouse et d’une jeune femme de Marseille. Se succèdent pour elle des moments forts – de doute, d’extase, de fièvre –, mais aussi des expériences féeriques, comme cette voie lactée de plancton phosphorescent dans le sillage du voilier ou encore cette baignade qu’elle s’offrira dans l’infini, entourée de l’immensité bleue et mouvante de l’océan.

Récit d’émancipation à une voix, «Dans le bleu» raconte le formidable triomphe de la ténacité sur l’adversité.