Ta maison brûle

- Une maison, c’est l’amour. Pis là, y a pus de maison. Faque y a pus d’amour.
- Pis nous autres? On est des cotons?

Murielle reçoit ses deux filles et sa belle-sœur pour un ultime repas clandestin dans la maison familiale qu’elles doivent abandonner. Entre la musique de John Cage, les ustensiles échappés au sol, le fantôme du père de famille et la crème glacée qui fond sur la pantry, elles plongent dans un doux délire collectif en évoquant les moments précieux passés dans cette demeure ancestrale.