Le Cas de l’archipel

Abélard croyait avoir mis tout ça derrière lui.
Déshumanisé, arraché à ses proches, malmené, torturé puis, enfin, réfugié, il a refait sa vie dans son nouveau chez-lui, à Cocagne, capitale de l’archipel, pour suivre une formation médicale exhaustive et offrir à son tour ses soins aux gens qui en ont grandement besoin.

Désormais psychiatre et psychanalyste, il laisse se déposer sur la page blanche de son visage les désarrois, les craintes et les désirs refoulés de ses patients, s’émerveillant chaque fois du cheminement de ceux-ci.
Or, un jour, son patient le plus notoire lui confie vouloir démissionner.

Paul, gouverneur de l’archipel récemment arrivé à la démocratie, souffre de la fatigue liée à sa tâche.

Abélard, appréhendant une catastrophe, passera les mois suivants à se demander comment il aurait pu intervenir pour éviter à son pays d’adoption une dépression politique.