Jusqu’à quand un petit art de vivre

Jusqu’à quand un petit art de vivre

Une précarité, une perte : ce petit art de vivre pourrait-il arriver dans ses retranchements, fragilisé par le temps et une certaine usure des efforts ? Une crainte, mais empreinte de désir, car il s’y glisse aussi une persévérance, une prédisposition pour quelques échappées de lumière et de beauté.

J’ai pensé trouver au retour un paquet, une lettre, une fleur. Cela suffisait pour me donner l’envie de rentrer. J’étais déjà préparée à ce qu’il n’y ait rien, mais ce rien avait déjà une aura.