Délier la langue

L’auteur Guillaume Morissette est né au Saguenay–Lac-Saint-Jean et a appris l’anglais en écoutant Les Simpson. Aujourd’hui, c’est pourtant dans cette langue qu’il écrit.
«Ce n’est pas un geste politique», dit-il.
Est-ce vraiment possible? Le débat linguistique est-il chose du passé, au Québec?