Et là, mon coeur

«Et là, mon cœur» est un acte d’amour pour les parents maintenant âgés, un acte de reconnaissance pour l’accompagnement de la sœur toujours présente. Un « avant la mort » qui vient courageusement envisager des effacements déjà terrifiants, déjà porteurs de mélancolie. Après «Le livre des absents», qui montrait la désaffection des amitiés, les disparitions venues dévaster le paysage, l’auteur regarde ses parents passant le pont des âges, voulant en retarder la traversée, car il sait bien qu’une fois le trajet accompli, ils sont, lui et la sœur, « les nommés au codicille, celui et celle qui seront les porteurs de chagrin. »