Piano blanc

Après la réédition chez Typo de son livre Le désert mauve, ouvrage qui a suscité l'enthousiasme de plusieurs générations, Nicole brossard propose, avec Piano blanc, une autre approche des mille et une possibilités de l'être humain : le dedans de quelqu'un peut se déplacer, écrit-elle. À la fois poème et prose, ce livre se démarque de ses autres publications en ce que la poète tente de se saisir du réel, mais différemment : le poème ouvre ce qu'il nomme, et la prose poursuit, tel un fil, ce mystère qu'est l'écriture. N'hésitant pas à faire appel à des personnages, ombres et âmes, la métaphore du piano, jusqu'en ses notes, ses cordes et ses marteaux, toujours en mouvement, permet d'infinies possibilités.

Sa quête du féminin, toujours liée à l'écriture elle-même, se trouve ici décuplée en des images où le corps est percussion, le vertige, rencontre, et le dedans, en déplacement continuel sans jamais être rassuré ni rassurant.

le piano blanc n'apaise personne, écrit-elle encore; sans doute, mais la véritable poésie n'est-elle pas là pour nous amener sur des voies insolites et inépuisables de sens ?