Dérapages

Comme un métronome aux battements réguliers qui serait posé sur la ligne blanche d’une grande route, chacune des histoires que l’on retrouve dans Dérapages de Paul Savoie, suit tranquillement son petit bonhomme de chemin. Les personnages sont assis confortablement, un peu plus et ils passent inaperçus. En approchant l’oreille du livre, on entend encore le ronron de l’ordinateur lorsque l’auteur tapait son texte, mais c’est un leurre. Au moment où l’on croit avoir atteint son point d’équilibre dans une vie calme sans électrocardiogramme en folie, on dérape, on ne contrôle plus rien, le vide s’ouvre devant nous et nous devons choisir. Pourtant, on ne voulait rien bousculer, ne pas dévier dans l’imaginaire, suivre sans cesse la ligne droite, mais là il y a un nœud et on ne peut pas faire comme s’il n’était pas là. Toute notre existence s’en voit chamboulée, un grain plus gros que les autres bloque le conduit du sablier, la peur s’installe et l’on sait d’instinct que l’on ne sortira pas intact de cette vie.