Blanchie

Figure marquante du théâtre québécois et canadien, Brigitte Haentjens publie un deuxième ouvrage solo, un livre visuellement et formellement intrigant. La mise en page découpe comme de la poésie un texte qui se lit pourtant comme de la prose. Une série de photos d’Angelo Barsetti accompagne le texte. Le récit est réduit à l’essentiel : un regard en surface qui fait ressentir un désarroi en profondeur.

Une femme, photographe à Paris, est atterrée par la mort accidentelle de son jeune frère. Comme pour ne plus être consciente de cette perte, elle entreprend de se perdre elle-même. Elle se noie dans l'alcool, se livre à des inconnus, se lie avec un homme d'affaires allemand en une relation sexuelle intense mais dégradante. L’absence de son frère est une ombre qui la suit, l’enveloppe, la vide puis l’habite.

« Récit troué » : c’est le genre que donne l’auteure à ce portrait dénudé, qui s’interdit l’introspection, s’en tient à la surface des actes et des êtres. Son tour de force : faire sentir une intense présence au cœur d’une intense absence.